A Propos

Je n’en peux plus de cet appartement !

Voilà comment, il y a quelques mois encore, je justifiais le bazar régnant dans mon logement. Le manque de temps. Car il y a quelques mois, j’étais salarié. Bien qu’étant “seulement” assistant administratif, je passais un nombre incalculable d’heures à travailler. 39 heures officiellement. Beaucoup plus en réalité. Les heures supplémentaires au bureau, le travail ramené à la maison pour compenser le manque de temps. Chaque semaine était une courses contre la montre, dont le seul bénéficiaire était mon patron.

Je n’avais plus de temps pour moi !

J’étais tellement concentré (obsédé même) par mon boulot que je n’avais plus le temps de consacrer le peu de temps libre à quoi que ce soit. Et la première chose à souffrir de cette situation, c’était mon appartement.

Trop peu de temps en dehors du travail

Dès l’obtention de mon CDI, j’ai enfin pu louer mon premier logement. Quelle joie ! Un studio de 27m².  Ce n’était pas le grand luxe, mais j’étais excité à l’idée d’avoir enfin mon premier chez moi.

Mais l’excitation est vite passée. Le rythme de travail, et mes 3 à 4 heures de transports par jour, m’ont complètement découragés. Une fois la semaine terminée, je n’avais plus la force de prendre soin de mon logement. J’y suis resté 4 mois. Pendant 4 mois, des cartons demeuraient et beaucoup d’objets n’avaient jamais trouvé leur place. Une angoisse au quotidien.

Mon deuxième appartement  faisait 10m² de plus, et pourtant il était tout aussi désordonné. J’avais pourtant beaucoup moins de durée de trajet par jour, et je passais mon temps libre à ranger. Mon anti-stress personnel préféré (ce n’est pas une blague !).

Malgré toutes ces tentatives, le bazar pointait toujours le bout de son nez, et chaque fois avec un temps record par rapport à la fois précédente. Une horreur ! Je ne savais plus comment faire. 

Trop de travail

J'étais au plus bas

Mais je n’étais pas au bout de mes peines. Mon travail devenait de plus en plus prenant, je n’aimais pas du tout ce que je faisais. Et comble de l’horreur, je ne parvenait pas à me reposer chez moi au milieu du fouilli ambiant. J’avais pu observer la vie au pas de course avec mes parents, j’en étais moi aussi victime. Et encore, je n’ai pas d’enfants. Mes respects à tous les parents !

Mon travail ne me passionnait guère, et je ne parvenais plus à ranger mon espace de vie, le seul endroit où j’aurais dû pouvoir me ressourcer après ces longues journées de travail. Si bien que je ne savais plus si je préférais être à la maison pour échapper au stress du boulot, ou au bureau pour ne pas avoir à affronter le désordre.

Il était temps de remédier à cette situation

J’ai donc pris la meilleure décision de toute ma vie. J’ai demandé une rupture conventionnelle. En octobre 2018, j’ai quitté mon emploi. Maintenant, je restais chez moi, passant mon temps à chercher un nouveau job, moins stressant. Impossible…

Mon travail n'étais pas le seul problème

clutter

Le bazar autour de moi était beaucoup trop oppressant lui aussi. Comment pouvais-je vivre ainsi ? Ce n’était pas moi. Je n’étais pas à l’aise dans mon propre appartement. Je laissais tomber la recherche d’emploi, et passait des journées entières à ranger mon appartement. Une fois l’ordre retrouvé, je me croyais tiré d’affaire. Mais (il y en a toujours un…) cette paix était de courte durée.

Le bric à brac refaisait inévitablement surface. J’étais dévasté. Déjà que chercher un nouvel emploi dans lequel j’allais à coup sûr m’ennuyer me terrorisait chaque jour, voilà que je n’arrivais pas à faire de mon appartement le petit nid douillet que j’avais toujours rêvé d’avoir. J’étais désemparé. Etais-je donc aussi incapable de faire une seule chose de bien dans ma vie ?

 

J’ai pris le temps de réfléchir. Je me suis dis : “pour être bien dans ma vie, il faut que je commence par me sentir bien dans mon propre logement”. La base !

Chercher un travail ne me disait rien tellement l’idée de retourner en entreprise m’était insupportable. Il fallait que je m’occupe pour me vider la tête. Comme toujours, je l’ai fait en rangeant. Sauf que cette fois, j’ai choisi de ne pas foncer tête baissée. J’ai appris.

Il n'est jamais trop tard pour apprendre

Grâce à Internet, j’ai appris qu’être coach en rangement était réellement un métier. Pourquoi n’en ferais-je pas moi aussi mon métier ? Moi qui passe mon temps à ranger. Pour déstresser qui plus est ! J’ai donc choisi d’apprendre des méthodes, d’en modifier certaines pour qu’elles me correspondent. Et aujourd’hui, je commence même à en imaginer.

J’ai été pris de frénésie. Je ne pouvais plus m’arrêter. Je voulais aider les autres autour de moi à ranger leur maison, mais aussi à y trouver une forme de libération dans leur quotidien si intense.

En rangeant avec le bon état d’esprit, j’ai compris à quel point le fait d’organiser son logement était une forme de développement personnel. Tout en rangeant chez moi, je réfléchissais. Que voudrais-je garder dans mon quotidien ? De quels objets dois-je me débarrasser ?

Et petit à petit, je ne me posais plus ces questions concernant des objets, mais je les utilisais sur des choses de ma vie dans une sens plus globale. Que voulais-je vraiment faire ? Quels étaient mes objectifs ? Comment réussir à en faire ma vie, moi qui ait si peu de moyens (financier j’entends) ?

Ranger n'a pas seulement aidé mon logement...

J’avais ma bonne fée pour cela. Mélanie, de Wonder Wild Queen. Elle m’avait appris quelques mois auparavant que l’on pouvait devenir entrepreneur grâce à un blog. Ma solution était là. Son soutien et ses connaissances m’ont permis de mettre en place cette solution que j’attendais depuis un moment. Elle m’a prouvé que l’on pouvait gagner sa vie honnêtement en proposant ses services grâce à Internet.

J'ai donc donné ma chance à une opportunité

Mon appartement était enfin rangé et à l’image que je m’en faisais. J’y voyais également plus clair dans ma vie suite à mes réflexions. Si je rechignais autant à chercher un travail, c’était parce que je n’avais aucune issue heureuse avec le salariat. J’ai donc décidé de donner sa chance au blogging, pour partager mon goût du rangement.

Je voulais moi aussi aider les gens à ranger leur intérieur, à se sentir enfin en paix chez eux et en phase avec eux même. Si cela avait marché pour moi, cela aiderait probablement une multitude de personnes.

Et hop ! Jumble Sensei est né !

Home working

J’avais enfin trouvé mon but. Celui d’aider les gens à ranger et s’organiser chez eux. Par mon expérience, et en observant mes proches, je me suis rendu compte que le bazar à la maison est souvent la cause notre quotidien si chargé. Et bien souvent une source de tensions à la maison. Nous n’avons plus le temps, nous courons partout sans cesse. Au point parfois d’en délaisser son logement pour lequel nous travaillons pourtant si dure.

Vivre de ma passion : voilà la solution

Ce que je souhaite aujourd’hui, c’est vous accompagner pour vous sentir mieux chez vous. Faire de votre maison un havre de paix dans lequel vous ressourcer comme il se doit.

J’ai décidé de créer très bientôt des formations sur le rangement, mais aussi de mettre en place des services d’accompagnement grâce à du coaching. Je souhaite réellement aider chacun d’entre vous à redonner vie à votre maison/appartement grâce au rangement, comme cela a été le cas pour moi.

Je vous proposerai sous peu un accompagnement personnalisé selon vos besoins et objectifs.

En parallèle, je partagerai sur mon blog une multitude d’articles sur les étapes du rangements, ses bienfaits et les techniques que j’ai pu apprendre ou imaginer moi-même pour ranger.

Accompagnement
Formation en ligne

Pour en savoir plus sur le blog et son contenu, je vous invite à lire mon premier article juste ici.

Si vous souhaitez suivre cette nouvelle aventure avec moi, n’hésitez pas à vous inscrire (C’est par ici). Vous recevrez en même temps un petit cadeau. Un guide contenant les 7 erreurs les plus fréquentes qu’il vous faudra éviter pour commencer à garder son logement rangé au quotidien.

Je vous dis à très vite les amis ! Joyeux Rangement !